pdf-icon-1

Author: Jena McGill

Abstract

This paper presents a critical appraisal of the “term of inclusion” by which issues related to sexual and gender diversity are being incorporated into international human rights discourse at the United Nations (UN): the category “sexual orientation and gender identity” or SOGI. The analysis maps the evolution of SOGI in the UN context and highlights three potential risks of a human rights discourse built on SOGI in the international context: 1) the marginalization of trans people, gender expression and intersex people in rights discourse; 2) the entrenchment of Western-based identity categories that lack applicability across contexts; and 3) the simple addition of SOGI to existing human rights discourses, resulting in fragmented and unpredictable norms related to sexual and gender diversity. The paper concludes that in the same moment that we celebrate the progress made by SOGI in advancing human rights related to sexual and gender diversity, we must continue to engage the potential risks and unintended consequences of relying on SOGI to ground international human rights discourse.

Résumé

Cet article présente une évaluation critique de la catégorie « orientation sexuelle et identité sexuelle » (OSIS), terme d’inclusion par lequel les questions liées à la diversité sexuelle et de genre sont incorporées dans le discours international sur les droits de la personne aux Nations Unies (ONU). L’analyse retrace l’évolution de la catégorie OSIS dans le contexte de l’ONU et met en évidence trois risques potentiels d’un discours sur les droits de la personne construit sur cette catégorie dans le contexte international : 1) la marginalisation des personnes transgenres, intersexuées et d’expression de genre différent dans le discours sur les droits; 2) l’ancrage de catégories d’identité reposant sur une vision occidentale qui ne sont pas applicables à tous les contextes; et 3) le simple ajout de la catégorie OSIS aux discours existants sur les droits de la personne, lequel donne lieu à des normes fragmentées et imprévisibles en matière de diversité sexuelle et de genre. L’auteur conclut qu’au moment même où nous nous réjouissons du progrès réalisé grâce à la catégorie OSIS pour faire avancer les droits de la personne liés à la diversité sexuelle et de genre, nous devons continuer de tenir compte des risques potentiels et des conséquences involontaires d’avoir recours à cette catégorie pour asseoir le discours international sur les droits de la personne.

Recommended Citation

Jena McGill, "SOGI… So What? Sexual Orientation, Gender Identity and Human Rights Discourse at the United Nations" (2013) 3:1 Can J Hum Rts 1.